palais cotroceni

Le Palais de Cotroceni, un monument historique important de Bucarest

Classé dans : Monuments | 0

Parmi les nombreux monuments historiques que cache Bucarest, le palais de Cotroceni devrait être établi en tête de liste. Pourquoi ? Parce qu’il est tout simplement magnifique, riche en détails et en histoire.

 

Informations utiles pour visiter le Palais Cotroceni

 

Pour le visiter, il est impératif de contacter le service des visites avant d’y aller, sinon, vous ne serez probablement pas accepté.

 

 

Les visites respectent des horaires précis, selon les langues. Il vous est impératif de venir avec votre pièce d’identité (passeport accepté) et de venir à l’heure. Pourquoi autant de règles ? Tout simplement car le palais est l’un, disons même l’officiel, des logements du président.

 

 

L’entrée coûte 40 lei/personne (pour un guide en langue étrangère) et la taxe photo est de 20 lei. Réfléchissez bien pour la taxe photo car elle est valide seulement pour le musée, l’extérieur et l’église étant interdits d’image.

 

 

Et c’est dommage, car triste d’’avoir oublié certains détails de l’extérieur, il y avait de quoi faire de magnifiques clichés. Le jardin est splendide, riche en arbre et possédant une belle pelouse, l’entretien du parc étant à la mesure de son propriétaire.

 

 

C’est parmi les arbres que se cache le beau palais, décoré de reliefs muraux très familier au style Brancoveanu je trouve (17 au 18eme siècle). Le palais ceinture une cour centrale ou tient place une belle église. Toujours ce jardin riche en fleur, comme les roses dont la guide nous dit que c’est la seule espèce avec laquelle on peut faire de la confiture.

 

 

L’église couve comme attendue de belles fresques religieuses, pas de détails à ajouter sinon un coup d’œil à l’histoire…

 

L’histoire du palais de Cotroceni

 

Le palais de Cotroceni, dans sa forme primitive qualifiable de disparue aujourd’hui, a été construit entre 1679 et 1681 par le prince Serban Cantacuzino. Il tenait, et tient toujours, place autour de l’église de l’Ascension, dédiée à la vierge Marie.

 

 

Beaucoup de personnalités de l’histoire y ont pénétré. On pense par exemple à Tudor Vladimirescu qui, en 1821, décide d’établir le camp de base de la révolution ici-même.

 

 

En 1888, l’architecture du palais sera agrémenté des coups de crayon du français Paul Gottereau pour le roi Carol I.

 

 

Son fils Ferdinand I viendra y demeurer un bon moment avec sa femme la reine Marie, à partir de 1895.

 

 

Enfin Ceausescu y fera faire de nombreux changements pour y accueillir des invités de marques.

 

 

L’histoire a donc eu raison du premier palais qu’avait fait édifier Serban Cantacuzino, mais d’une certaine manière, il a toujours su conserver une beauté, intemporelle..

 

Description de l’intérieur du Palais de Cotroceni

 

Le Palais de Cotroceni abrite un nombre impressionnant de pièces à la beauté incomparable et agrémentées d’objets divers ayant appartenus pour la plupart au roi Ferdinand I et sa reine Marie.

 

 

Au sous-sol, on retrouve une vaste cave dont les murs datent de l’époque médiévale. Comme vous le voyez, il y a principalement des éléments religieux. Ici, un chandelier que Serban Cantacuzino avait offert à l’église et portant son symbole, un aigle d’or à deux têtes.

 

 

Dans un style français, salle de diner, de chasse, de plaisance ou pour dormir vous attendent.

 

 

Voici la plus belle, nommée la chambre aux fleurs, dont vous pouvez voir les guirlandes de rose parsemer les murs et où se trouve un piano magnifique. Les rideaux propagent une atmosphère bleutée sur l’ensemble et l’artiste, j’en suis sûr, voulait reproduire le jardin des dieux..

 

 

Pour le roi Ferdinand, ses plaisirs tenaient place dans la pièce voisine. Une belle bibliothèque contenant une collection de plus de 2500 livres. Français, allemands, on retrouve beaucoup de livres de botanique, l’une des belles passions du roi.

 

 

 

Un regard sur les chambres royales et surtout sur la pièce privée de la reine Marie, entièrement en bois de pin. La reine y allait pour méditer et bien qu’elle fût de religion anglican, elle s’est intéressée au bahaïsme et s’est finalement faite baptiser orthodoxe à la fin de sa vie.

 

En conclusion, le Palais Cotroceni est un immanquable de Bucarest

 

Cette description est courte comparée à ce que vous pourriez découvrir en ces lieux, mais il ne tient qu’à vous d’y aller pour la suite. Encore une fois, la Roumanie nous prouve que son patrimoine historique est fantastique, vaste, et malheureusement peu valorisé face aux grands pays. Elle est une destination aussi riche, mais bien cachée, ce sont les plus malins qui la trouvent, heureusement…

 

www.muzeulcotroceni.ro

Laissez un commentaire