Abbaye de Carta, monument historique proche de Sibiu

Abbaye de Carta, monument historique proche de Sibiu

Classé dans : Monuments | 0

L’abbaye de Carta est un monument singulier que tout explorateur se doit de visiter quand il passe dans le département de Sibiu.

 

Informations sur l’abbaye de Carta

 

Saisissez l’occasion si vous passez à Sibiu ou si vous allez dormir à la maison d’hôte de Cincsor, ce n’est qu’à quelques kilomètres seulement.

 

 

Pour visiter l’abbaye de Carta, il vous faut payer la somme de 5 lei / personne (1euro) mais surtout, appeler le numéro affiché sur la porte d’entrée pour que le gardien vienne vous ouvrir. Pour notre part, la dame est venue vraiment rapidement à notre secours !

 

Histoire de l’abbaye de Carta

 

L’abbaye a appartenu aux Cisterciens, un ordre monastique fondé en France par Robert de Molesme en 1098.

 

 

On suppose que l’abbaye de Carta fut construite dans les années 1202 – 1209. Le premier abbé fut le magistrat Gocelinus, également lié à l’histoire de l’église de Cisnoadioara.
Le premier pas de l’ordre cistercien en Europe de l’Est remonte au règne de Geza II (1142-1162), roi de Hongrie à cette époque. Le mariage de son fils Bela III avec Marguerite de France, fille de Louis VII, stimulera la pénétration de l’ordre cistercien à l’Est, à travers la Hongrie.

 

 

Le second pas eu lieu durant le long et important règne d’André II (1205-1235), grâce à son mariage avec Yolande de Courtenay. L’influence française augmentera en Hongrie et attirera certaines personnalités, dont la plus célèbre est Villard de Honnecourt, maitre d’œuvre célèbre pour ses croquis d’architecture.

 

 

Aux XIIIe et XIVe siècles, l’abbaye de Carta etait la plus avancée de l’ordre Cistercien dans l’Europe de l’Est.
Malheureusement, elle traverse l’invasion tartare de 1241, ainsi que les raids ottomans de 1421, 1432 et 1438 et subie à chaque  fois des dégâts. Elle sera donc rénovée à plusieurs reprises, perdant de sa valeur originale. Les guerres et les troubles en Roumanie entraînent la fin du monastère, qui sera abandonnée en 1474 aux ordres de Matthias Corvin, roi de Hongrie.

 

 

A ce moment, tous les biens furent transférés à la forteresse de Sibiu. De cette manière, ce monastère puissant, qui fut le centre le plus important de l’influence stylistique dans l’architecture féodale, arriva à sa fin.

 

L’abbaye de Carta aujourd’hui

 

Aujourd’hui, seuls le chœur et les ruines de la basilique et des édifices abbatiaux restent.

 

 

  • En 1495, les bâtiments furent restaurés par les dirigeants de la ville de Sibiu, et la partie sud de la maison paroissiale fut modifiée.
  • En 1846 le balcon de l’orgue et les voûtes en bois qui le surplombe ont été rajoutés au cœur de l’abbaye.
  • En 1913/14 l’Académie de Budapest a réparé et restauré tout le complexe.

 

 

Au confluent du style roman et gothique, les cisterciens adoptaient des sanctuaires polygonaux, avec voûte en croix, arcs brisés retenant les chapiteaux à crochets, le fond plat ionique, les pierres aux fleurs sauvages et les fenêtres circulaires polylobées.

 

 

On retrouve la tombe de Franz Pindur, qui fut peintre et graphiste saxon de la fin du XIXe siècle.

 

 

Il est possible de monter dans la tour et d’apprécier une belle vue sur l’ensemble de l’abbaye.

 

 

L’abbaye de Carta nous offre la possibilité de découvrir une nouvelle fois quelque chose de nouveau dans ce beau pays qu’est la Roumanie, un pays tissé de nombreuses influences étrangères.

 

 

Laissez un commentaire